• Kezako ?

    Je trouve que l'article de Silapédagogie est très bien fait alors... autant utiliser les ressources déja en place :

    Article de Silapédagogie sur Maria Montessori et ses "idées" :

    Biographie


    Née en Italie à Chiaravalle, (province d'Ancône) en 1870, elle est décédée en Hollande en 1952.

    Fille unique de parents modestes. Sa mère est la nièce d'un philosophe italien: Stoppani. 

    Elle désire faire oeuvre d'humanité mais ne veut pas être institutrice comme cela se faisait à cette époque quand une femme voulait avoir une profession. Faisant preuve de caractère elle décide d'être médecin, elle doit ainsi aller dans un lycée de garçons. 

    En 1896 elle est la première femme à recevoir le titre de docteur en médecine. Entre dans un service d'enfants aliénés oû elle met au point une méthode, s'inspirant des travaux de Jean Itard et de Edouard Seguin. Elle visite Bicêtre avec Bourneville qui aura succédé aux deux précédents. Elle croit beaucoup à l'impacte de l'éducation pour ces enfants déficients mentaux. Elle réussit si bien avec eux, qu'elle pense pouvoir réaliser avec des enfants normaux la même chose en plus perfectionné.

    En 1896 au congrès pédagogique de Turin elle présente un rapport sur l'éducation morale, qui lui vaut de devenir la directrice d'un institut pour aliénés. Elle défend la primauté de l’éducation par rapport au versant médical.

    Elle s'inscrit en philosophie à l'Université. Elle donne des cours d'anthropologie infantile. Elle fait des conférences aux institutrices.

    En 1900 elle quitte les aliénés pour les enfants normaux.

    En 1907 elle fait l’ouverture de " la maison des enfants" dans les quartiers populaires de Rome à San Lorenzo. Elle y met au point sa méthode pour les enfants normaux, en partant de ses observations.

    Elle observe beaucoup tout en faisant ses tournées dans les classes, elle note à quel point le fait de rendre les enfants immobiles est destructeur, demande qu'on modifie le mobilier scolaire, fait remplacer les bancs qui empêchent les enfants de se mouvoir.

    En 1909 publie "La pédagogie scientifique" ou elle explique sa méthode et ses origines. 

    Elle a de plus en plus de succès en Italie. Fait de nombreuses conférences, des cours internationaux. Ouvre des écoles modèles. La méthode se répand dans le secondaire.

    En 1912 elle publie : "Auto éducation dans les écoles primaires"

    En 1919 elle a du succès en Hollande, en Angleterre, en Espagne.

    En 1922 à lieu le premier congrès international Montessori à Elseneur.

    Ses ouvrages sont traduits en 18 langues.

    En 1929 elle publie "L'enfant dans l'Eglise"-"L'éducation religieuse", c’est une méthode pour que l’enfant comprenne la vie liturgique.

    En 1935 parait "l'Enfant" qui sera un livre réédité de nombreuse foi, elle y retransmet l’essentiel de ses idées, sous forme de petits chapitres où elle illustre ses idées par des exemples. C’est sûrement un des livres sur l’éducation le plus lu.

    En 1936: "L'enfant dans la famille"-"De l'enfant à l'adolescent" viennent enrichir ses publications.

    1937: se fixe en Hollande, mais avant passe 7 ans aux Indes où elle rencontre Gandhi. 

    1949 publie" l'esprit absorbant de l'enfant" où elle retransmet son approche spirituelle et philosophique de l’enfant. Elle y retransmet ce qu’elle a retenu de la philosophie indoue.

    1953: 1° Congrès Montessori en France un an après sa mort.

    Ses idées principales

    Elle a une confiance profonde dans l’enfant et un respect sans bornes pour ses capacités à se développer par lui-même.

    "Aide-moi à faire seul" est une de ses phrase les plus caractéristiques. Elle va jusqu’à dire : "L'enfant est le maître de l'homme", dans la mesure où il porte en lui le germe de son propre développement. Catholique très croyante elle y voit sa partie divine.

    Pour elle l'enfant a des tendances innées à se développer selon sa propre nature. Sagesse et discipline sont en puissance dans l'être profond de l'enfant. Il doit se libérer lui-même des obstacles qui le gênent. Cet intérêt est souvent le désir de surmonter un obstacle. C'est une loi de la nature que de monter continuellement.

    Il attire à lui-même les éléments qui lui sont indispensables au cours de "périodes sensibles" où à ce moment il développe des moyens. M. Montessori exprime que l’enfant a une sensibilité particulière, portée par un "intérêt" qui le pousse vers une série d'actes.

    Les périodes sensibles se détermineraient ainsi:

    -Besoin d'ordre quand l'enfant est bébé,
    -richesse de manipulation vers 2 ans
    -Développement des sens, avec la notion des couleurs, des formes, de la contenance; vers 3-5 ans, Il perfectionne par lui-même les mécanismes de comparaison.
    -4 ans, il s’intéresse tout particulièrement au travail scolaire
    -Vers 6-7 ans il développe sa sensibilité morale.

    Elle méfie de l'imaginaire, mais pas de l'imagination qui élève l'esprit et part du réel.

    Préfère le terme de travail à la place de celui de jeu car pour elle le contact avec le réel est très important dans le développement de l’enfant. 

    Il est lui-même l'auteur de son évolution. Trouve du plaisir à se dépasser.

    Il "absorbe" les connaissances. 

    La maturation de l’enfant ne peut s'exercer que grâce à des expériences, ces dernières en en préparant d'autres.

    C'est dans le libre choix et dans la répétition des exercices comme dans les activités successives, spontanées, associatives reproductrices que l'enfant sera laissé libre.

    Elle se méfie de l'imitation, très individualiste elle désire que chaque enfant réponde aux élans propres de sa personnalité.

    Importance de la concentration chez l’enfant qui apprend. Celle ci doit être respectée.

    L'enfant doit acquérir l'indépendance de son corps en se suffisant à lui-même, donc elle met au point des exercices. Elle demande qu'on n’interrompt pas un enfant quand il est concentré sur quelque activité car il est en train de se construire avec son propre processus. On retrouve là une idée chère à F.Fröbel

    Cela va à l'encontre de toute attitude de rupture ou d’intervention dans l’activité de l’enfant. 

    Importance de la répétition, car l'enfant domine le processus, et cela compte plus que le résultat.

    Les défauts des enfants sont des déviations et sont dus à une intervention maladroite de l'adulte.

    Par exemple :

    Le mensonge: Il y a différentes sortes de mensonges. Ils peuvent être dus à une confusion, à l'imagination inventive de l’enfant, mais ce peut être une façon de se défendre, sorte de déviation de la vérité. A différer du mensonge de l'enfant soumis qui est une sorte d'adaptation qui durcit son âme. Les troubles de la nutrition qui se manifestent soit par la gourmandise ou le refus de manger, peuvent être dus au fait que l'enfant n'est pas assez actif,ou qu'il est trop attaché à une personne.

    Les défauts sont traités dans les derniers chapitres de “ L’enfant ”.

    En règle générale dans les excès il y a une perte de sensibilité vitale.

    Tout ce qui met l'enfant en contact avec la réalité et autorise son expérience lui apporte l'intelligence des choses , éloigne la peur, lui apprend la prudence.

    La libre activité peut-être une réponse à certaines maladies.

    La place de l'éducatrice :

    Elle organise un environnement qui va permettre à l'enfant de conquérir sa liberté. 

    Elle doit observer et guider mais n’interrompt jamais un enfant quand elle le voit découvrir seul car il perd souvent son élan à cause de l'intervention de l'adulte. Elle le laisse en face de sa difficulté afin qu’il ait la possibilité de la surmonter par lui-même. 

    Elle doit présenter le matériel pour que les enfants puissent se servir eux même

    Donc création d'un environnement de beauté qu’elle va appeler l’ambiance est qui est : organisation, ordre, réalité, nature, atmosphère, communauté, matériel bien pensé, vie et surtout liberté. C’est l’éducatrice qui en est l’auteur discret à partir son observation.

    Elle est agréable dans sa présentation. "Il faudrait que les instituteurs fussent de belle prestance, bien soignés, pleins d'attraits, que leurs gestes comme leur modulation de voix fussent préparés avec le soin qu'apportent les artistes dramatiques à la lecture “ dit M.Montessori dans “ La pédagogie scientifique” .

    L’éducatrice a le sens des nuances, de l'observation, des associations.

    Elle doit avoir une démarche personnelle.

    "Je crois que ce fut non seulement le matériel didactique, mais bien l'appel de ma voix qui éveilla les enfants et les poussait à s'éduquer ” dit M. Montessori pour sa propre approche des enfants ”Je dois avouer que, pendant que mes efforts étaient couronnés de succès dans le domaine intellectuel, un véritable épuisement physique m'accablait, je sentais que je donnais quelque force qui était en moi".

    Sa méthode :

    Exercices de la vie pratique:

    -Soins du corps qui amènent l’enfant à s'observer lui-même.

    -Visite des lieux, ménage, soins aux animaux, aux plantes, où l'enfant voit si tout est en ordre.

    -Exercice de grâce, aller et venir, se saluer, marcher sur une ligne, apprendre à avoir un bon maintient.

    -Les enfants s'organisent dans leurs jeux, peuvent s'installer par terre, ou à 4 pattes.

    -Causerie où les enfants racontent, la maîtresse interroge, on apprend à écouter, à ne pas parler de n'importe quoi.

    -On déjeune ensemble et on apprend les responsabilités, la vie sociale.

    -Gymnastique, éducation musculaire, respiration. On part des gestes spontanés des enfants pour faire des jeux de balle, de balançoire, monter à l'escalier rond, à l'échelle de cordes.

    -Contact avec la nature par le jardinage, pour l'observation de la vie, la prévoyance, la responsabilité, la patience, le respect de la vie. Intégration dans le développement du genre humain.

    -Travail manuel: poterie, pour reprendre les premiers gestes de l'humanité, modelages de petits objets, fabrication de petits murs.

    -La leçon de silence

    Il y a peu de dessin libre, M. Montessori préfère l'observation des choses à la base du dessin.

    La discipline est active, part des faits réels, sans intervention de l'adulte,ou le moins possible.

    Socialement, l'enfant cherche à aider le plus faible en le respectant, il est lui-même respecté par la maîtresse.

     

    Son matériel

    Pour Montessori, le matériel a pour but de mettre de l'ordre dans un chaos. Il

    permet à l'enfant de travailler seul le plus possible, de ne pas être dépendant de l'adulte de son aide ou de son approbation. Il faut qu'il manie volontairement !

    Cela permet pour l’éducatrice de faire une observation de l'enfant en confrontation avec une situation bien précise et ainsi mieux connaître ses réactions. 

    Le matériel sensoriel ne doit pas servir à autre chose que ce à quoi il est destiné

    Il y a un matériel qui propose des expériences pour chaque sens provoque leur développement par la distinction et la compréhension de façon très fine. Par l’activité, avec la comparaison, et la classification elle fixe l'attention sur soi et le milieu. M. Montessori considère un peu les séries d’expérience comme un alphabet pour mieux connaître le monde extérieur et ordonner son esprit. La recherche du mouvement habile est important, c’est une façon d’avoir le pouvoir sur les choses. 

    La combinaison et la construction sont importants. Le matériel est autorrecteur, il perme à l’enfant d’être autonome.

    -Pour exercer la vue elle crée des emboîtements de 3 séries avec supports en bois ; aussi les cylindres avec diamètres et hauteurs différentes pour travailler les proportions.

    On peut critiquer que ses encastrements isolent, interdisent le rapport, la place est prête, il n'y a pas de jeu, ni d'aléatoire possible. (voir “ Les outils de l’enfance ” d’A. Michelet,  Desclée de Brouwer)

    La tour rose qui sont des cubes en bois qui vont de 10 cm de coté à 1 cm. 

    L'escalier brun parallélépipédiques de 20 cm sur 10. Les barres. Elles sont soit complètement rouges, soit marquées en rouge et bleu tous les 10 cm. L’enfant doit remettre le matériel en fonction des proportions. C’est donc aussi un matériel pour la préparation au calcul.

    Les emboîtements plans avec les formes rondes, les carrés, les trapèzes. On promène ses doigts sur le pourtour. Elle demandera le même genre de manipulation pour les lettres.

    Tablettes de couleur avec les huit couleurs principales et leurs huit nuances c'est à dire 84 couleurs. L’enfant classe chaque série par nuance.

    Le toucher:

    "L'intelligence et la main" dit-elle dans "L'esprit absorbant de l'enfant". Fait partie de l'histoire de l'humanité. La manipulation fait atteindre au niveau supérieur de l'intelligence, ainsi qu'à la spiritualité.

    L'enfant qui se sert seul de ses mains est plus fort. Cela fait partie des son développement global, de la marche et de l'équilibre.

    Cela demande à l'enfant de calculer à l'avance. Il doit préparer lui-même son activité, observer avant, anticiper.

    Elle fabrique des jeux tactiles à manipuler les yeux fermés où l’enfant fait la reconnaissance de la grosseur des grains.

    On passe du lisse au rugueux avec des planchettes recouvertes de papier de verre ou différents échantillons de tissus, laine, coton, velours. On peut noter ici la référence au matériel d’E. Seguin.

    Elle provoque aussi la sensation thermique avec des récipients remplis d'eau plus ou moins chaude.

    Sens barrique avec la reconnaissance des poids, avec des tablettes d'aspect semblable qui ont une pesanteur différente.

    Sens stéréognosique, perception des formes, travaillé par la reconnaissance des objet par palpation, les yeux ouverts, les yeux fermés.

    Sens du goût et de l'odorat:

    Faire goûter de l'amer, de l'acide, du sucré, du salé`avec des boites d'odorat.

    Discernement des sons Série de treize cloches soutenues par un pied de bois vernis. Les cloches sont identiques et produisent 13 tons différents.

    Au cours de la leçon de silence elle propose de faire percevoir des sons discrets comme le tic tac d'un réveil, ou son nom épelé doucement.

    Apprentissage du calcul:

    L'enfant classe par ordre de longueur la série de 10 barres rouge et bleu dont nous avons parlé plus haut.

    Classe des chiffres découpés dans du papier émeri.

    Des fuseaux en bois, ou des pions ou autre matériel sont placés à coté de chiffres

    Apprentissage de l'écriture 

    On commence l'écriture avant la lecture. L’écriture est un acte qui vient de l'intérieur.

    Les lettres sont découpées en papier émeri, collées sur une planche de contre plaqué ou sur du papier lisse. Il y a aussi des lettres en vide, l'enfant passe son doigt sur la lettre. Il a ainsi 4 sensations, le toucher, le visuel, le tactile, Kinesthésique.

    Composition des mots avec les cartons où sont reproduites les lettres rangées par séries dans des casiers. Les enfants lisent les mots, les écrivent au crayon,les lisent mentalement.

    Les exercices sont individuels.

    Pour la préparation à la vie quotidienne:

    -Les cadres avec deux pans de toile pour le boutonnage, le laçage, les noeuds

    (inventé par Seguin)

    L'ameublement avec des tables et des chaises individuelles, avec du matériel pour faire le ménage.

    Tout est à la portée des enfants dont un tableau noir long pour que deux ou trois élèves viennent dessiner quand ils veulent

    De même des casiers pour ranger le matériel didactique.

    Tout ceci représente le désir d’autonomie que M. Montessori veut pour l’enfant

    La leçon à trois temps:

    1. association de la perception avec le nom (voici...)

    2. Reconnaissance (Donne moi...)

    3. Se souvenir du nom en correspondance avec l'objet

    (Qu'est ce que c'est?)

    Si cela ne marche pas la maîtresse arrête, c'est que l'enfant n'est pas prêt

     

    Organisation d'une journée:

    Les enfants en arrivant mettent des chaussons, enfilent leurs tabliers

    Choisissent une activité de ménage

    Choisissent un matériel didactique

    l'éducatrice en profite pour observer les enfants dans la façon dont ils s'organisent

    Gymnastique, marche, saut

    Leçon sur les couleurs en groupe

    Les plus grands choisissent des activités scolaires

    Les enfant peuvent travailler à deux ou trois après consultation.

    "Maintenant les enfants travaillent comme si je n'étais pas là".

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Mai 2010 à 08:59
    Bravo pour ce blog fantastique ! 
    Je vis a l'etranger et ait donc la chance de pouvoir mettre mes enfants en ecole Montessori sans que ca me coute un bras (c'est la boite de mon mari qui paie...) et je recherche tout ce que je peux pour continuer a la maison...
    Un grand merci pour tout ce travail et j'ai hate, notamment, de monter ce squelette !!!

    Marie 
    2
    lunatiquea
    Mercredi 5 Mai 2010 à 10:02
    Bonjour et merci pour cette explication claire qui me paraît exhaustive ! Je peux enfin me faire une idée de ce qu'est l'école Montessori qui finalement n'a pas le côté "isotérique" qu'on veut bien me faire croire !
    Ma puce est encore toute petite, mais l'éducation se pense très tôt!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :